​​​les nuits de saïgon n'ont jamais goûté aussi bon!

La spécificité de la cuisine vietnamienne repose sur des mélanges d'herbes et d'épices que l'on ne trouve nulle part ailleurs, ainsi que sur des méthodes de cuisson et un ensemble d'habitudes alimentaires propres au peuple vietnamien (Viêt). Le terme de « cuisine vietnamienne » s'est généralisé pour désigner aujourd'hui tous les plats populaires dans la communauté du Viêt Nam, bien que celle-ci soit issue, à l'origine, des seules minorités ethniques.​

Cuisine

Le Meilleur du Vietnam

Particularité

​​Principes de coordination

Dans la cuisine vietnamienne, le mélange des ingrédients est important, mais pas très épicés, pas trop gras, pas trop sucrés pour la cuisson. Les condiments d'origine vietnamienne sont très souvent utilisés, comme :

De nombreuses herbes aromatiques telles que l'ocimum, le perilla frutescens, elsholtzia ciliata, l'aneth, eryngium foetidum, le basilic, la marjolaine, l'oignon, le cumin, etc.
Des épices comme le poivre, la citronelle, les échalotes, l'ail, le gingembre, le citron ou de jeunes feuilles de citronnier, la ciboule de Chine...
Des sauces fermentées comme la pâte de crevettes (salaison de crevettes), le vinaigre ou les bonbons amers, la noix de coco...

Lorsque l’on déguste un plat, le principe de coordination est primordial: les plats sont dégustés en même temps, donc on grappille dans chaque plat au cours du repas, on ne procède pas à la dégustation d’un plat à la suite d’un autre, comme en Occident. La sauce de poisson (Nuoc-mâm) est très fréquemment utilisée pour relever le goût des plats, tout comme la sauce de soja. Le bol de sauce Nuoc-mâm qui trône au centre de la table est à l'image des liens forts qui unissent les communautés au Vietnam.

​​​Apportez votre vin

Bring your own wine

Le territoire du Viêt-Nam est divisé en trois régions : Nord, Sud et Centre, qui se distinguent par leurs caractéristiques géographiques, culturelles, ethniques, et climatiques. Ces différences ont influencé les cuisines élaborées dans chaque région. Chacune a ainsi ses propriétés gustatives propres, et cela a bien sûr contribué à la diversité de la cuisine vietnamienne.

Les légumes (crus) sont omniprésents dans les ingrédients de cette cuisine. De fait, un grand nombre de plats ont une base constituée de légumes plutôt que de viande, avec des modes de cuisson variés (bouillir, frire). On utilise l’eau pour diluer les potages : en particulier la soupe aigre.

Les viandes les plus couramment cuisinées sont le porc, le bœuf, le poulet, l'oie, le canard, les poissons et toutes sortes de crustacés, de mollusques et de coquillages comme les crevettes, les crabes, les escargots, les moules, les palourdes, les huîtres, etc.

Les Vietnamiens élaborent aussi un certain nombre de plats végétariens bouddhistes à base de plantes.

Contrairement à des usages en cours dans d'autres pays, les desserts sont consommés en dehors des repas, et non à la fin du repas. Plus précisément le matin, et dans l'après-midi vers 17h.

Un autre trait de la cuisine vietnamienne est qu'elle privilégie le goût à l’esthétique. Par conséquent, c'est une cuisine plus traditionnelle que gastronomique.

Le repas typique vietnamien a 8 caractéristiques principales:

  1. La diversité
  2. Plus de saveur
  3. Moins de graisse
  4. Un grand nombre d'ingrédients par recette
  5. Délicieux et sain
  6. Utilisation des baguettes
  7. Plats disposés tous ensemble en plateau (comme dans un buffet chaud ou froid) au cours du repas
  8. Convivialité et hospitalité (esprit de partage du repas avec l’autre)​